• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Une enfance de rêve

Une enfance de rêve - Brad Gauthier

Il y a des moments de la vie que nous ne sommes pas prêts d'oublier, de beaux moments que nous avons passés avec des êtres tant aimés qui parfois, ne sont plus de ce monde. Ces instants magiques qui peuvent paraître insignifiants, doivent être partagés, ne serait-ce que pour perpétuer un legs. C'est ma vision des choses, et du coup, j'aimerais partager avec vous, quelques belles pages de ma vie.

Depuis ma plus tendre enfance, je n'ai gardé que de bons souvenirs de mes parents qui ne se faisaient pas prier pour me choyer. La preuve, tout petit, j'étais comme la mascotte de mon père, qui m'amenait partout où il allait. Pourtant, ce n'était pas du tout facile pour lui avec son travail de Dentiste québec. Aussi, je me demandais toujours, pourquoi il m'amenait souvent dans ce lieu qui a une odeur bizarre. Aujourd'hui, je comprends qu'on l'appelait pour des urgences, alors qu'on était ensemble. Celui qui m'a le plus marqué, c'est quand on était au stade pour un match opposant son équipe de football favorite. Au moment où le stade était en ébullition et que le match battait son plein, son bipeur a sonné et il m'a dit qu'on devait y aller ensemble. Il faut dire que sur le coup, j'étais un peu fâché et déçu de ne pas profiter de ce moment. À la sortie du stade, on s'est rendu dans ce lieu bizarre. Plus grand, je me rends compte qu'il s'agissait d'un homme dévoué qui avait le sens de la responsabilité et qui aimait bien son travail.

Même si mon père voulait m'amener partout où il allait, il faut dire que ma mère l'en empêchait parfois. Elle, la spécialiste des cadeaux et des friandises, voulait aussi profiter de son fils. Sur le coup, j'étais souvent un peu frustré et je criais à tue-tête pour sortir, mais c'était sans compter la gentillesse de ma mère qui trouvait toujours un moyen de me redonner le sourire. Vous l'aurez compris, je suis un fils unique, je n'ai ni frère, ni sœur.

Si je parle avec autant de nostalgie de mes parents, c'est surtout dû au fait que je les ai perdu très tôt. À l'âge de 15 ans, mon père et ma mère sont morts dans un accident de circulation dont je suis le seul survivant. Je garde un bon souvenir d'eux et je prie tous les jours pour le repos de leurs âmes.

À propos de l’auteur :

author

Né d’un père anglophone et d’une mère francophone, c’est suite à mes études au cégep que j’ai rapidement pris le chemin de la traduction: une seconde nature pour moi. C’est pourquoi aujourd’hui écrire est non seulement mon métier… mais aussi une passion, dans les deux langues. C’est par le biais de ce blogue que vous pourrez en apprendre davantage sur mes expériences de vie, sur ma femme et sur mes charmants enfants qui activent mon quotidien.